Programme d’aide aux employés – un choix judicieux pour assurer la bonne marche d’une entreprise

print-friendly-20 PRINT THIS ARTICLE

hr_professional

Les employeurs doivent reconnaître l’importance de soutenir leur main-d’oeuvre

Par Lisa Kopochinski

(septembre 2014 – en anglais)

Il n’y a pas si longtemps, les employeurs s’attendaient à ce que les employés laissent leurs soucis à la maison. Heureusement que cela a changé quand les employeurs ont constaté que les effets secondaires des problèmes personnels, du stress, de l’anxiété et de toute forme de dépendance se propageaient immanquablement sur le travail, que nous sommes tous faillibles et que n’avons pas d’interrupteur marche-arrêt.

« Quand on réalise que les employés sont l’actif le plus important, on prend des mesures pour protéger et soutenir cette ressource et renforcer l’organisation. C’est là l’importance d’un programme d’aide aux employés (PAE) », selon Allan Stordy, président et chef de la direction d’Arete Ressources humaines inc. à Calgary.

Il se rend compte que les employés sont souvent étonnés d’apprendre que les PAE sont apparus dans les années 1940, initialement pour aider les travailleurs à composer avec leur dépendance à l’alcool.

« À l’époque, les employés aux prises avec un problème d’alcool étaient généralement congédiés ou démis de leurs fonctions, souligne-t-il. Cette aide patronale initiale, que l’on appelait programme de lutte contre l’alcoolisme au travail, était le précurseur des PAE plus exhaustifs que l’on connaît d’aujourd’hui. »

Définition d’un PAE

Un PAE sert aux organisations voulant soutenir les employés (et leur famille dans la plupart des cas) aux prises avec des difficultés ayant une incidence négative sur leur vie et, par conséquent, sur leur productivité et leur rendement au travail.

Autrefois, les entreprises se concentraient sur des enjeux précis et limités, surtout la dépendance. Aujourd’hui, les PAE sont assortis d’un soutien relatif à des problèmes conjugaux ou familiaux, de jeu ou de dépendance (à Internet ou au magasinage par exemple), à des troubles alimentaires, à des préoccupations liées à la santé mentale (dépression, stress ou anxiété) ou à des conflits comportementaux.

« Il faut reconnaître que la famille joue un rôle important dans l’état d’esprit d’un individu, selon M. Stordy. La plupart des PAE comportent désormais une option pour étendre la protection aux membres de la famille. Nous savons tous que les troubles d’un enfant ou du conjoint affectent toute la famille et, par ricochet, le rendement d’un employé. »

« Au cours de la dernière décennie, ajoute-t-il, des efforts plus intensifs ont été déployés pour sensibiliser le public aux maladies mentales et à leurs répercussions graves. »

« Mais nous avons encore du chemin à faire. Un Canadien sur cinq est touché de près ou de loin par la maladie mentale chaque année. Confrontés aux préjugés, de plus en plus de gens prennent la décision intelligente d’utiliser leur PAE et d’autres services. »

Aide à court terme

Soulignons que les PAE sont conçus pour procurer un soutien psychologique à court terme, comme l’aide à développer des capacités d’adaptation pour des situations précises. Loin de remplacer une thérapie à long terme pour les problèmes plus profonds, les PAE fournissent un excellent point de départ pour quiconque cherche à entreprendre une démarche personnelle.

Comme les défis du quotidien et le stress coûtent des milliers de dollars par année, les employeurs voient dans les PAE de qualité – assortis d’un nombre d’heures fixes de consultation professionnelle – un moyen concret d’économiser. Peter Stratton, chef des ressources humaines (RH) de Western Financial Group à Calgary, soutient que lorsque la question d’un PAE se pose, les professionnels en RH considèrent certains facteurs, comme l’accessibilité du programme, la qualité du soutien psychologique, la portée de la couverture (p. ex., nombre d’heures), son coût pour l’entreprise, le degré d’utilisation prévu, l’établissement de rapports et la confidentialité.

« Les professionnels en RH devraient tirer des leçons des organisations réputées pour leurs pratiques d’emploi exemplaires, affirme-t-il. En tissant des liens avec ces organisations, les employeurs sont mieux à même de comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Ils réalisent aussi que l’absence d’un bon PAE peut être coûteuse et qu’un nombre élevé de congés de maladie et d’absences peut convaincre les dirigeants d’adopter un tel programme. »

Selon M. Stratton, les PAE comportent généralement les services clés suivants :

  • Soutien psychologique relatif à la famille ou à une relation (difficultés conjugales, violence familiale, soins à une personne âgée)
  • Services sur place de soutien, psychologique ou autre (situations urgentes nécessitant une intervention immédiate sur le terrain)
  • Soutien psychologique relatif à une dépendance (alcool, drogue, sexe, jeu)
  • Soutien psychologique relatif au milieu de travail (nouveau superviseur, changement organisationnel, harcèlement, respect en milieu de travail)
  • Conseils financiers (dette, budget, dépenses)
  • Conseils juridiques (divorce, séparation, garde d’enfant)

« Normalement, un PAE ne coûte rien aux employés. Comme la confidentialité est une composante clé d’un tel programme, les employés peuvent avoir la conviction que leur vie privée sera respectée et que l’aide professionnelle qu’ils obtiendront n’engagera aucuns frais, selon M. Stordy. Il s’agit là d’un avantage exceptionnel, car la consultation en cabinet privé peut se révéler difficilement abordable pour de nombreuses personnes. »

Non seulement pour les employés

Bien qu’il soit facile de penser qu’un PAE ne sert qu’aux employés, un programme digne de ce nom doit prévoir du soutien additionnel pour les gestionnaires et propriétaires d’entreprise.

« Les meilleurs PAE comportent de l’encadrement en matière de ressources humaines et de l’aide pour composer avec les questions difficiles, comme les mises à pied, l’intimidation ou le harcèlement, de l’avis de M. Stordy. Nous constatons que les entreprises apprécient vraiment le soutien d’un PAE et que celui-ci se révèle particulièrement attrayant comme complément au travail des professionnels en RH à l’interne. »

Dans le cadre d’une étude récente intitulée Enquête sur la valeur globale d’un programme canadien d’aide aux employés et commandée par Arete, nous apprenons que lorsque les employés obtiennent de l’aide par l’entremise de leur PAE, l’employeur économise en moyenne 900 $ par mois, par employé. Cela se traduit par une économie de 10 800 $ par année, par employé. L’étude révèle en outre que les pertes de productivité coûtent en moyenne à l’employeur 13 000 $ par année par employé touché.

« Il est bon de le répéter sans cesse, conclut M. Stordy. Les PAE permettent à l’employeur de mettre des spécialistes à la disposition de ses employés – une situation qui profite à tout le monde. Les employés bénéficient du soutien dont ils ont besoin, l’employeur affiche un niveau de productivité accru et le problème ne s’envenime pas au point de nécessiter des soins de santé financés par l’externe. »


Que comporte un PAE?

QUELQUES COMPOSANTES CLÉS D’UN PAE SOLIDE :

  • Accès à du soutien psychologique confidentiel et à des conseils psychosociaux d’un expert qualifié aux compétences éprouvées.
  • Inclusion des membres de la famille.
  • Transparence concernant la portée du service, les heures de disponibilité et le processus.
  • Accès à d’autres services en vue de favoriser le bien-être mental d’un individu, y compris de la consultation aux endeuillés, des conseils en matière de nutrition, de garde d’enfant, de soins à une personne âgée, de finances personnelles ou de défis d’ordre juridique.
  • Soutien additionnel et conseils pour les gestionnaires.

« Certains fournisseurs de PAE peuvent échafauder un programme en fonction des besoins de l’entreprise, selon M. Stordy. Faites des recherches, déterminez les services importants pour votre organisation, posez des questions, lisez les témoignages et faites un choix éclairé. »

Vous trouverez également d’autres ressources auprès d’associations professionnelles établissant les normes des PAE, comme l’Employee Assistance Society of North America (www.easna.org) et l’Employee Assistance Professionals Association (www.eapassn.org).

Pin It on Pinterest

Share This